Note de conjoncture marché Britannique

10 Déc 2020 | Pour les OT, Pour les pro

Le Marché britannique, décembre 2020

 

Du 23 au 27 novembre 2020, Pas-de-Calais Tourisme a participé à « Explore France Travel Week », grâce au soutien du CRTC Hauts-de-France et d’Atout France Royaume-Uni-Irlande, organisateur de ce salon. Cet événement, au cours duquel 16 Tour Opérateurs ont manifesté leur intérêt pour notre destination, confirme la nécessité de préparer le retour des touristes Britanniques (mais également Canadiens, Américains, Australiens, Indiens,…) sur nos territoires en prenant en compte leurs nouvelles attentes et envies, avec l’assurance de mesures sanitaires strictes, leur permettant de (re)découvrir le Pas-de-Calais en toute sérénité.

La clientèle européenne en quelques chiffres

La clientèle européenne représente plus de 78% des arrivées en France :
Royaume-Uni, Irlande : 15.04%
Allemagne : 13.58%
Belgique, Luxembourg : 13%
Suisse : 8.06%
Espagne : 7.83%
Italie : 7.71%
Pays-Bas : 5%
(source : Atout France)

Pour les Hauts-de-France (2018)
3.6 millions de nuitées internationales (Hôtellerie et Hôtellerie de plein air)
Dont 36% du Royaume-uni
(source : CRTC-Hauts-de-France)

L’atout majeur de la France est évidemment la proximité (facilité des accès mais également des retours en cas de nouvelle imposition de quarantaine)

80% de nos visiteurs sont des repeaters qui viennent tout au long de l’année, notamment pour des courts-séjours. Ils connaissent bien le pays et souhaitent faire de nouvelles découvertes, ils sont sensibles à la culture, la gastronomie et au patrimoine paysager.

On observe une grande mixité des segments de clientèle dont :
Famille : 25%
+55 ans : 20%
Millenials : 15%
(source : Atout France)

Le royaume-Uni

 

Les règles sanitaires

Les autorités britanniques ont annoncé qu’à partir du 15 décembre la période de quarantaine pouvait être réduite si un test négatif était montré à partir du cinquième jour de confinement.

https://uk.ambafrance.org/COVID-19-Conditions-de-deplacement-entre-la-France-et-le-Royaume-Uni-28925

Depuis le 2 décembre, un nouveau système de niveaux d’alerte est mis en place. Il existe 3 niveaux d’alerte qui définissent les règles de restrictions locales. Chaque nation applique également sa propre stratégie de confinement.

https://www.gov.uk/guidance/local-restriction-tiers-what-you-need-to-know

La campagne de vaccination devrait démarrer d’ici quelques jours au Royaume-Uni

Les transporteurs

Il n’existe pour le moment aucun plan de soutien pour les transporteurs au Royaume-Uni.

Le prix des traversées a explosé en 2020, limitant d’autant plus les déplacements non essentiels.

Etat de reprise du trafic :

Aérien : 26 destinations directes ( 37 avant la crise sanitaire)

Maritime : une reprise complète des traversées est envisagée en Mars/Avril

Eurotunnel : les bâtiments passagers viennent de rouvrir des 2 côtés de la Manche. Eurotunnel reste l’opérateur le plus en capacité à réagir rapidement sur l’augmentation de son traffic.

Eurostar : actuellement le service est assuré à raison de 1 à 2 trains par jour. Les gares d’Ashford International et Ebbsfleet International ne sont plus desservies cette année et ne le seront pas en 2021. La gare de Calais Frethun n’est actuellement pas desservie. Aucune information n’est disponible pour 2021.

Le Brexit

Les négociations toujours en cours ne mènent pour l’instant à aucun accord suite à des divergences majeures, notamment sur les conditions de concurrence égale et la pêche. Le Royaume-Uni n’a pas souhaité un report de la date de fin de période de transition qui est donc définitivement fixée au 31 Décembre 2020

Le spectre du « no deal »  et la possibilité d’une frontière « dure » au 1er janvier 2021, influence négativement les perspectives de voyage des britanniques et met particulièrement le tourisme d’affaire en danger.

Néanmoins, les Britanniques pourront voyager sans visa, dès lors que leur séjour ne dépasse pas 3 mois. Les autorités Britanniques et Françaises s’organisent de chaque côté de la Manche, afin d’assurer la fluidité du trafic après le 1er Janvier.

 

Les tours opérateurs 

Les conditions d’annulation et de remboursement des voyages ont négativement impacté l’image de certains prestataires français auprès des voyageurs mais également des TO. La loi impose aux TO un remboursement dans les 14 jours de leurs clients.

La situation financière est tendue dans ce secteur particulièrement pour les TO groupes et scolaires ( perspective de reprise en 2022), les autocaristes ainsi que pour les TO ski.

Actuellement, les TO consolident leur offre en se tournant vers le marché domestique ou, dans le cas des TO groupes, en déployant une nouvelle offre pour les individuels et mini-groupes.

Les TO scolaires, en attendant une reprise effective des voyages, s’attèlent à fournir des contenus pédagogiques et inspirationnels aux professeurs et aux établissements. ( visites virtuelles, tutoriels, …)

Les TO spécialisés dans le luxe, enregistrent une demande forte de la part de leur clientèle ( moins impactée économiquement par la crise) et souhaitent élargir leur offre avec de nouvelles destinations

Les intentions de voyage des britanniques

La reprise sera lente et progressive que ce soit pour le tourisme de loisirs ou d’affaire. Néanmoins, depuis l’annonce de la mise à disposition prochaine du vaccin en Grande-Bretagne, les TO et agences de voyages enregistrent une nette augmentation des réservations.

Tourisme d’affaire :
Une reprise de l’activité MICE est envisagée en 2021. Néanmoins, elle concernera uniquement les voyages essentiels, avec des budgets revus fortement à la baisse.

Le choix de destination se fera prioritairement sur l’accessibilité et les liaisons, la garantie des conditions d’accueil conforme à l’exigence sanitaire. (moins de participants, plus grands espaces)

Tourisme de loisirs :
La flexibilité sera la clé. Les conditions de report et d’annulation et la réassurance sanitaire restent primordiale. Le rapport qualité/prix est devenu sécurité sanitaire/qualité/prix/services.

A la recherche de nouvelles inspirations , les touristes britanniques souhaitent voyager et consommer de façon « responsable », privilégient le bien-être et la déconnexion, veulent découvrir ou redécouvrir une destination plus en profondeur culturellement et socialement et notamment retrouver l’art de vivre  et de bien manger à la française.

Ils privilégient le self-drive et les hébergements indépendants ou leur assurant une sécurité sanitaire optimale, des destinations offrant de grands espaces ( mer et campagne) et des espaces urbains « à taille humaine » plutôt que les grandes métropoles. Avec la généralisation du télétravail, une nouvelle offre voit le jour avec des propositions de séjours de très longue durée (de 3 à 12 semaines). Allier travail et tourisme tout en s’immergeant dans un mode de vie différent sont au cœur de cette nouvelle demande.